Questions fréquentes à un(e) végé

Mais les protéines tu fais comment ? Tu vas pas manquer de calcium ? Et le cri de la carotte quand tu la coupes ? Mais on mange de la viande depuis la préhistoire !

Merci. Merci à toutes ces personnes qui m’ont posés ces questions. Des fois je ne savais pas comment répondre… Je me rendais compte que je n’étais pas du tout informée… ou que mon raisonnement ne tenait pas la route… ou que je n’y avais tout simplement pas réfléchi. Vous m’avez aidé à me questionner sur mon alimentation et les raisons qui me poussent à avoir une alimentation végétale. Je suis prête à les remettre en question dès le prochain débat.

Voilà les questions ou remarques qui reviennent souvent… si vous êtes végé je suis sûre qu’on vous pose les mêmes !

«  Mais attend, comment tu fais pour les protéines ? »
Ce qu’on ignore souvent, c’est qu’il y a des protéines dans presque tous les aliments ! On surestime aussi souvent la quantité de protéines à manger… La quantité de protéines dont tu as besoin dépend de ton poids et de ton mode de vie ! Plus tu fais du sport, plus tu en as besoin. Dans plusieurs livres de nutrition, j’ai vu que quelqu’un de plutôt sédentaire (ce qui est devenu la norme aujourd’hui…) a besoin d’environ 1g de protéine par kg, donc ça voudrait dire que si tu pèses 60kg, tu as besoin de 60g de protéines par jour.

*Précision !* Un ami a été conseillé par un diététicien, qui lui a expliqué que les besoins en protéines varient de 0,8g/kg (pour quelqu’un de très sédentaire) et jusqu’à 2g/kg (pour quelqu’un de très sportif).

Il y a beaucoup de protéines (souvent même plus que la viande rouge) dans les haricots secs, le quinoa, le soja, les noix, les noisettes, les amandes, les pois, les pois chiches, le riz et le blé complet, les graines de lin, le sésame…. ainsi que tous les autres aliments comme les fruits ou légumes… Si tu as une alimentation variée, c’est presque impossible de ne pas atteindre ce qu’il te faut en protéines par jour. Les personnes ayant un régime végétalien ingère même souvent plus de protéines que ce dont elles ont besoin.

«  Les protéines animales sont connues pour être plus facilement assimilables par l’organisme que les protéines végétales. » 

En réalité, la question n’est pas tranchée et les scientifiques sont encore en plein débat. Et même si on considère que les protéines animales sont plus facilement assimilables, le processus lié à leur digestion génère des déchets acides qui sont éliminés par les urines. Mais s’ils sont en trop grande quantité (ce qui est le cas si tu manges de la viande à tous les repas par exemple), l’organisme ne les évacue plus et l’accumulation est dangereuse pour la santé.

«  Tu vas manquer de calcium sans le lait ! » 
Le lait contient en effet beaucoup de calcium mais il n’est pas adapté à notre corps. En effet, les protéines animales du lait rendent le corps acide et pour lutter contre l’acidité, le corps utilise du calcium qu’il va chercher dans les os. Du coup plus tu bois du lait, plus ça affaiblit tes os. C’est pour ça que c’est dans les pays où on boit le plus de lait qu’il y a le plus de personnes souffrant d’ostéoporose. Le calcium provenant des aliments végétaux n’a pas cet effet puisqu’ils n’acidifient pas le corps.
Comme les protéines, le calcium est présent dans tous les aliments d’origine végétal à des quantités qui varient. Les plus riches en calcium (et parfois plus que le lait !) sont les graines de sésames, les amandes, les haricots, les haricots verts, le persil, le thym, les figues séchées, le son d’avoine en flocons, les abricots secs… etc.

Le lait est très facile à remplacer par tous les laits végétaux (soja, amande, de riz, d’avoine, de coco, d’épeautre…)

«  Mais alors, si tu manges pas de viande, pas de poissons, ni de produits laitiers et d’oeufs, tu manges quoi ? » 
De la salade, de la salade et des radis ! Plus sérieusement, je sais que ça peut paraître déroutant puisque les produits animaux sont aujourd’hui partout dans notre alimentation et surtout en France ! Mais c’est une question de tradition, d’habitude et de facilité. En dehors des produits animaux, il existe tout un tas d’autres aliments comme les céréales (maïs, pâtes, avoine, épeautre, millet, polenta, riz), les légumes, les fruits, les légumineuses (soja, pois, pois chiches, lentilles, haricots blancs, haricots rouges), les graines (de chia, de courge, de lin, de sarrasin, quinoa, de tournesol…), les fruits secs (amandes, noisettes, noix, noix de cajou, noix de pécan…), les huiles (de coco, de tournesol, d’olives, margarine végétale)… 

Et on peut faire des plats copieux, savoureux et gourmands ! C’est toute une nouvelle façon de cuisiner qu’il faut avoir la curiosité de découvrir. Tous tes plats favoris peuvent être transformé en version végétale, et ils deviennent souvent par la même occasion plus sains ! Il suffit d’être prêt à essayer de nouvelles choses :).

«  Tu sais, l’Homme a toujours fait ça depuis qu’il existe, les hommes préhistoriques, c’est grâce à ça qu’ils ont survécu et que leur cerveau s’est développé ! »

Quand c’est une question de survie, je pense que chaque espèce est en droit de faire son maximum pour survivre. Cela s’est peut être passé comme ça à la préhistoire, mais « le comportement de l’homme primitif était justifié par son mode de vie primitif ». Si tu tiens tellement aux habitudes des hommes préhistoriques, il faudrait alors qu’on vive dans la forêt ou dans une grotte, qu’on s’habille qu’en peaux de bêtes et qu’on fasse du feu pour se réchauffer ? Pourquoi on ne garde que l’habitude de tuer des animaux ? Pourquoi ce serait la seule chose légitime à garder ?

«  Mais la chaîne alimentaire, tu en fais quoi ? » 

En ce qui concerne la chaîne alimentaire, oui c’est vrai nous sommes tout en haut. On est les kings de l’arène ! On peut exterminer et exploiter n’importe quelle espèce facilement grâce à notre intelligence et notre capacité à fabriquer des outils sophistiqués. Est ce une raison pour le faire ? Est ce qu’on ne pourrait pas plutôt décider d’utiliser la sagesse et la compassion dont nous sommes capable et de les appliquer respect des autres êtres vivants et de la nature ?

«  Tu sais la carotte quand tu la coupe, elle souffre aussi. » 

Tout à fait. Et ça me brise le coeur à chaque fois. Du coup, je fais une prière avant de la couper. Sur le long terme, je compte arrêter le massacre et me nourrir exclusivement de cailloux.

Plus sérieusement, la question de savoir qui/quoi ressent la douleur et à quel degrés est compliquée parce que c’est difficile de faire parler les animaux ou les végétaux… Pourtant il est quand même admis que pour ressentir la douleur, il faut disposer d’un système nerveux qui perçoit l’information et d’un cerveau qui l’analyse et qui génère des émotions. Jusqu’à présent il semble que les carottes ne disposent pas de cerveau, ni de système nerveux.

Petite note sur les trois questions précédentes. Les deux premières semblent sous-entendre que je vais « trop loin » dans mon raisonnement, et la troisième que je ne vais «  pas assez loin » dans mon raisonnement. Donc à la fois il serait trop absurde d’arrêter totalement la viande parce que les hommes préhistoriques en mangeaient, mais à la fois je ne vais pas assez loin dans ma démarche parce que je mange des végétaux vivants. Cette contradiction montre que le problème n’est pas tant dans le raisonnement et les faits mais dans l’incapacité des personnes à se remettre en question et à se chercher des excuses…

«  Est ce que si tu étais sur une île déserte sur laquelle tu t’es échouée il y a 3 jours, tu mangerais de la viande ? »

Oui, évidemment. Si c’est une question de survie, je pourrai même manger de la chaire humaine. Mais au quotidien ce n’est pas le cas, alors je me passe de produits animaux.

«  Tu dis que si les gens devaient tuer eux-même l’animal avant de le manger, beaucoup de personne n’en mangerais plus. Mais moi je pourrais tuer l’animal moi-même, ça ne me pose aucun soucis. » 

Tuer l’animal toi-même démontre seulement ta capacité physique à tuer un animal, mais pas la légitimité de l’acte de tuer…

«  Cela doit être super contraignant au quotidien, tu te marginalises beaucoup… Comment tu fais à table avec ta famille, les amis, les collègues ? »

Il est clair que les personnes qui ne consomment pas de produits animaux ne courent pas les rues même si de plus en plus de personnes font ce choix de vie. Quand on devient végé, c’est déroutant pour la famille, les amis, qui ne comprennent pas toujours tes choix, et qui n’ont pas forcément envie de remettre les leurs non plus…

Pour ma part, j’ai eu la chance de grandir dans une famille qui a toujours respecté mes choix et a toujours fait des efforts pour cuisiner la viande et les légumes séparément alors qu’eux même ne sont pas végé. D’autres personnes de ma famille se sont inquiétées quant à ma santé, ma grand-mère ne savait plus trop quoi me cuisiner, d’autres se sont (gentillement?) moqués…

J’ai expliqué mes choix. J’ai rassuré. Mais c’est pas facile de faire des choix qui sortent du conventionnel… Surtout quand ça touche à la viande ! Mais rien n’est désespéré, au contraire :). Vous pouvez lire mon article « Comment gérer la réaction des proches » :).

«  Mais mange le ! De toute façon, il est déjà mort, ça ne va rien changer. » 

Non, c’est vrai. Rien ne va changer, l’animal duquel provient le morceau de viande ne reviendra jamais à la vie. Mais ce qui va changer, c’est que je vais être cohérente entre mes convictions et mes actes.Personnellement manger de la chaire animale me dégoûte. Je ne peux pas m’imaginer un jour mettre à nouveau un bout de corps dans mon propre corps. Mais même si j’en étais capable, j’ai décidé de ne pas manger de viande pour tout un tas de raisons et ce n’est pas sous prétexte que personne ne regarde ou que la viande est déjà sous mon nez que je vais en manger. Evidemment, je comprend tout à fait que certains puissent y voir une sortes de gâchis et une forme de caprice alors que beaucoup de personnes meurent de faim. Alors vivement qu’on mange tous des végétaux et qu’on répartissent équitablement la nourriture de manière raisonnée !

«  Il y a quand même des problèmes plus grave que la situation des animaux, tu ne crois pas ? Tu y penses, à la faim dans le monde ? » 

La faim dans le monde est aussi un vrai problème qui me tient à coeur. On produit assez de nourriture pour tout le monde mais la répartition est complètement injuste. Raisonner son alimentation et arrêter (ou au moins réduire) sa consommation de viande contribue, justement, de manière efficace à lutter contre la faim dans le monde.

C’est une manière de dire « non » à la déforestation pour planter des céréales qui nourrira le bétail et non les populations locales, une manière de dire « non » à la hausse des prix des céréales engendrée par une hausse de leur demande puisque de plus en plus d’animaux doivent y avoir accès et une manière de dire « non » à l’utilisation des quantités folles en eau que nécessite la production de viande et qui génère tant de conflits à travers le monde où l’eau se fait de plus en plus rare.

«  Être vegan, c’est être extrémiste. » 

Tout à fait. C’est extrême dans le sens où je questionne mes habitudes de vie à fond pour les faire correspondre à mes idéaux et mes convictions. Si tu considères que prendre en compte le respect des animaux, des hommes et de l’environnement, c’est être extrême… alors qu’en est-il des conditions d’élevage et d’abattage ? Qu’en est-il du changement climatique qui s’amplifie à cause des élevages et de la déforestation ? Qu’en est-il du prix des céréales qui augmente à cause de la SURCONSOMMATION de viande ? C’est tout cela, la vraie chose qui est extrême, selon moi.

Par contre je suis d’accord pour dire que ce qui peut te paraître extrême, c’est l’attitude de certaines personnes suivant un mode de vie vegan, qui cherchent à imposer leur point de vue et qui tiennent des discours moralisateurs. Mais une personne qui agit comme cela est extrême dès que c’est le cas, elle n’a pas besoin d’être vegan pour ça. Quelqu’un qui veut imposer sa religion, sa politique etc c’est tout aussi extrême je trouve.

«  Comment tu fais au restaurant ? Ça doit être super dure de trouver un restaurant qui te convient ! » 

Je peux manger dans n’importe quel restaurant. Je pourrai même manger dans une Steak House, si je le désirais. Il y a toujours des accompagnements avec la viande : riz, pommes de terres, légumes… Je trouve toujours quelque chose et on ne m’a jamais rien refusé et personne ne s’est jamais montré désagréable. C’est encore plus simple quand on choisit d’aller dans un restaurant  indien, chinois ou japonais. Ne plus manger de viande est de plus en plus accepté et ne plus manger d’oeuf et de produits laitiers aussi !

Vous pouvez voir mes conseils pour manger végé dans n’importe quel restaurant ici.

«  Tu vas mettre plein de personnes au chômage en arrêtant de consommer des produits animaux. »

Est ce qu’on devrait soutenir l’industrie des armes parce qu’elle génère beaucoup d’emplois ?  Est ce que tu as continué à acheter des cassettes vidéos VHS quand les DVDs sont sortis sous prétexte que sinon tous les magasins de cassettes allaient fermer ?
Le monde change constamment, on progresse, on évolue. Les industries et les emplois aussi.

Les agriculteurs, au lieu d’élever des cochons pourraient produire des fruits ou des légumes par exemple. Le mec qui devient zinzin à travailler à l’abattoir pourra peut être trouver un emploi un peu plus joyeux…

Il y aura du chômage avec ou sans l’industrie de la viande et il faut bien se rendre compte que tous ces changements ne se font pas du jour au lendemain. Petit à petit la demande de viande diminuera… ce sera nécessaire si on veut limiter le changement climatique et assurer une juste répartition des ressources. Les métiers s’ajusterons comme ils l’ont toujours fait.

«  Oui mais si tout le monde arrête de manger de la viande, tu vas en faire quoi de tous ces animaux ? Il y en aura beaucoup trop sur Terre ! »

Je comprends ta peur qu’un jour les cochons et les poules dominent le monde… Mais il faut se rendre compte que les animaux se régulent très bien tout seuls dans la nature et s’il y a autant d’animaux sur Terre aujourd’hui c’est qu’ils ont été créés de manière intensive pour pouvoir nourrir tous ces gens qui veulent manger de la viande à tous les repas. Il est peu probable que tout le monde arrête de manger de la viande du jour au lendemain mais si la demande de viande est de moins en moins forte, la taille des élevages va se réduire de plus en plus de façon naturelle. L’offre s’adaptera à la demande et on évitera la domination des cochons et des poules !

 

Et vous ? On vous pose d’autres questions ? Vous n’êtes pas d’accord avec certaines choses ? N’hésitez pas à commenter ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s