[Tour de l’Europe (presque) zéro déchet] Bilan de 2 mois

23/09/17

Cet été comme vous avez pu le lire ici et ici, et sur ma page instagram, je suis partie faire un tour de l’Europe zéro déchets en solo pendant 2 mois ! Dans mon quotidien, je suis dans une démarche zéro déchet depuis à peu près 1 an et je change progressivement mes habitudes ! Le but de ce voyage était vraiment de pousser la démarche à l’extrême (parce qu’en vacances, on a du temps !) et puis tout simplement pour voir si c’était compatible avec le voyage justement. Bref… que serait la vie sans petits défis, hein ? Surtout quand c’est pour la planète et ses occupants ;).

Le but était de consommer et vivre selon les 5 principes du zéro déchets : REFUSER, RÉDUIRE, RÉUTILISER, RECYCLER, COMPOSTER.

Du coup première étape, j’ai essayé d’éviter TOUS les déchets (même s’ils sont recyclables (parce que ça demande de l’énergie, que tout n’est pas recyclé, que ça demande beaucoup d’argent qui pourrait être utilisé ailleurs blablabla, bref le recyclage ce n’est pas une recette magique !)).

Puis quand je n’avais pas le choix (ou que j’étais un peu flemmarde (oui ça m’arrive hein)) je prenais du recyclable (par exemple acheter du vrac dans des sacs en papier).

En ce qui concerne le compost, tout juillet j’ai composté mes déchets organiques mais sans compost donc imaginez une fille qui garde ses trognons de pomme et ses peaux de banane dans son tupperware et qui est toute contente de les jeter ou les enfouir dans des parcs et des forêts, voilà c’était moi ! ahahah. Par contre pour août je ne l’ai pas fait, c’était trop galère dans les villes où j’étais et je me retrouvais avec plein de déchets organiques qui pourrissaient dans mes tup… alors que j’en avais besoin.. hmmm.

Et après avoir fait de mon mieux pour tout ça, il y a quand même évidemment des choses que je n’ai pas pu éviter. Du coup, petit point sur les déchets qui me restent après avoir recyclé ce qui pouvait l’être ! Je reviens aussi sur les difficultés (#fails) et les bonnes surprises que j’ai eues !

[Déchets de juillet]

Voilà mes déchets de juillet.

bilan zero dechets europe.jpg

Il y a une paille (bouhouu c’est à ce moment que je me suis rappelée que les smoothies étaient toujours servis avec des pailles, ensuite j’ai demandé sans paille à chaque fois  donc 1 paille au compteur pour juillet !).

Il y a beaucoup de tickets de caisse, que j’aurais pu refuser ou laisser au magasin en disant que je n’en ai pas besoin et qu’il faudrait mettre en place un système de tickets de caisse par mail ou en ligne blablabla mais pour faire mes comptes je préférais les garder car je ne pensais pas à noter le montant de mes achats sur mon téléphone mais c’est une solution !

Les autres déchets sont des cartes touristiques et un porte carte de chambre d’hôtel (papier non recyclable). J’aurais pu éviter ces cartes si j’avais choisi de me laisser guider entièrement par le gps de mon téléphone mais je préfère avoir les cartes en papier devant moi, comme ça je peux y noter des choses et je préfère avoir une carte physique que numérique…

Enfin il y a un prospectus (papier glacé) sur une association de protection des animaux que des militants m’ont donné à Berlin. J’aurais pu refuser ce prospectus et prendre en photo les informations dessus mais tout est allé très vite, alors pouf un prospectus qui finira incinéré.

 [Déchets d’août]

Voici mes déchets d’août. Bon on dirait pas quand je les prends dans ma main et que je les écrase bien ensemble mais en vrai y’en a quand même beaucoup 😉

dechets aout bilan voyage zero dechets

C’est parti pour une petite autopsie, pour août j’ai en exclusivité pour vous, fait une photo avec chaque déchet (y’a que les zéro waster pour prendre en photo de la poubelle hein? 😉 )

zero dechets bilan.jpg

Bon, gros craquage culinaire. J’ai acheté des mueslis parce que je n’en trouvais pas en vrac, donc ça nous fait un paquet en plastique. Une barre de muesli végane dans une station essence parce que j’avais super faim et que je n’avais rien prévu et une barre de gâteau au beurre de cacahuète en Bulgarie (parce que ça me rappelait trop mon enfance <3) donc hop deux emballages en plastique. Vous pouvez aussi admirer le bel emballage rouge de la tablette de chocolat à laquelle je n’ai pas pu résister à Munich et les emballages plastiques que l’on m’a donnés avec un sandwich acheté à la gare de Munich.

Ensuite comme en juillet, beaucoup de cartes ou de tickets imprimés sur du papier non recyclable. Deux pailles (en réalité il y en avait deux autres mais le serveur les a récupérées avant moi et je me suis retenue de lui courir après pour lui expliquer que je gardais tous mes déchets hmm) et des tickets de caisse que j’ai gardés toujours pour suivre mes comptes.

Les difficultés et les fails

Allier véganisme et zéro déchets
Alors oui j’avais souvent quelques choix véganes, mais en enlevant ceux que je pouvais avoir sans déchets le choix se réduit trèèèèès fortement ! Petit aperçu avec ces deux salades véganes dans un magasin à la gare de Munich mais emballées dans des boîtes en plastiques. Donc c’est tout à fait le genre de chose que j’évitais. La difficulté était de choisir de ne pas consommer certaines choses à cause de l’emballage et de ma rabattre sur quelque chose que je n’aurais pas forcément choisi mais qui est zéro déchet.

vegane et zero dechets.JPG

Rester motivée 100% du temps
Alors oui j’ai eu des gros moments de craquage surtout sur la toute fin, trop la flemme de préparer ma boîte, mes bouts de tissu, de faire l’effort d’expliquer ma démarche, de sourire, d’être polie alors bim je fais comme tout le monde et je prends mon sandwich dans les sachets en papier, que j’essayais de ne pas salir pour qu’ils puissent être recyclés. Voilà ma grosse flemme de l’avant dernier jour du voyage en photo :

zero dechets emporter sandwich.JPG

Penser pouvoir faire un achat zéro déchets alors que ça finit en fail.
Très heureuse d’avoir trouvé des sorbets véganes sur bâtonnets à Split (Croatie), que je pensais pouvoir acheter juste comme ça en prenant tout simplement le bâtonnet dans ma main mais deux secondes d’inattention vers mon porte-monnaie ont fait que je me suis retrouvée avec un emballage bouhouhouh, mais bon j’ai expliqué à la vendeuse le pourquoi du comment, donc ça compense un peu ;). Faut s’avoir relativiser hein sinon c’est plus possible ! Entre parenthèse : ce sorbet est super sain parce qu’il est sans sucre, ce sont tout simplement des smoothies congelés !

glaces zero dechets.jpg
Petit fail zéro déchet à Split mais succès végane !

Faire face aux refus
On m’a déjà refusé l’utilisation des sachets en tissu pour cause « hygiénique » car risque de contamination de la pelle avec laquelle on sert si nos sachets/sacs ne sont pas propres. Je comprends cet argument et je ne vais pas m’en prendre aux vendeurs qui ne font que respecter les règles qu’on leur a imposé. Alors à chaque fois on discute, j’expose ma démarche puis je prends quand même les produits dans des sacs en papier si je n’ai pas le choix.

Toujours y penser et l’organisation
Il faut penser à laver ses couverts, tup et bocal et toujours les avoir sur soi. Donc ça demande un peu d’organisation et c’était évidemment plus facile quand j’étais dans une auberge de jeunesse avec cuisine que quand j’étais simplement dans une chambre. Mais ça vaut le coup, la joie générée par le fait de ne pas gâcher de la nourriture ou de ne pas générer de déchets compense largement, promis 😉

Les succès et les bonnes surprises

Plein de points d’eau pour remplir ma bouteille !
Dans beaucoup de villes il m’a été très facile de remplir ma bouteille réutilisable régulièrement ! Compteur de bouteilles plastiques jetables utilisées cet été : 0 !

Trouver du vrac dans les supermarchés ou dans des petits commerces locaux
C’est comme ça que j’ai pu m’acheter des légumineuses par exemple et cuisiner dans les auberges de jeunesse sans générer de déchets :).

zero dechets magasins.JPG
Dans un supermarché à Belgrade (Serbie)

La plupart des gens étaient compréhensifs et ouverts à la démarche
Bon ok, j’ai aussi eu droit à des regards du type « mais elle est folle celle-là » mais dès que j’expliquais la démarche (quand la barrière de la langue ne m’en empêchait pas) les gens comprenaient et trouvaient ça génial ;). Il y avait aussi quelques personnes pour qui ça paraissait totalement normal. De toute façon il faut partir dans l’idée qu’il ne faut pas avoir honte de vouloir faire des efforts pour protéger l’environnement hein ;).

emporter nourriture zero dechet.jpg
Dans un festival, j’ai pris à manger sur un stand indien, hop la dame me l’a directement mis dans ma boîte

Bonne surprises de trouver des contenants recyclables dans des lieux assez improbables
Je n’aurai jamais pensé trouvé de la glace emballée dans un bocal en verre…. dans une petite station essence perdue dans la campagne bulgare ahah. Par contre elle n’était pas végane… donc je n’en ai pas pris, ç’aurait été trop beau hein ahah?

pot-en-verre-zero-dechets-glace1.jpg

Continuons sur la glace vu que je suis bien lancée là ! Je suis tombée sur California Pops à Berlin qui vendait des glaces (dont des véganes !) sur des bâtonnets en bois sans emballage, donc compostables (et oui, j’y suis retournée 3 fois ahah).

glace

Bonne surprise : la paille réutilisable dans un resto végétarien/végétalien.
Génial ces pailles en Inox dans le restaurant SunMoon à Sofia :)!

paille inox zero dechets voyage

Bonne surprise : trouver des poubelles pour les déchets organiques PARTOUT dans Ljubljana (Slovénie).

Moi qui avais arrêté de composter en août parce que c’était trop compliqué, j’ai été super heureuse de découvrir le système de collecte dans la capitale slovène ! J’ai observé ces poubelles longtemps et le comportement des gens (chacun son truc hein ?) et je peux vous dire que les gens font bien attention à laquelle utiliser puisqu’il y en a tellement !

zero dechets ljubljana.JPG


Et après le voyage?

Continuer la démarche chez moi
J’ai voulu pousser la démarche zéro déchets que j’ai entreprise il y a quelque temps déjà chez moi à fond le temps de ces deux mois. Je pensais que ça m’aurait découragé à poursuivre sur le long terme mais en fait je suis encore plus motivée qu’au début, parce que justement j’ai vu que ce n’étais pas impossible (même si c’est dur et que ça demande de revoir toute sa consommation).

Contacter les entreprises/ municipalités/ organismes et les inciter à changer
Pour les déchets que je n’ai pas pu éviter, je compte contacter les entreprises ou autre pour leur demander pourquoi ils n’utilisent pas une pratique plus durable et par exemple proposer aux auberges de jeunesse d’avoir des tickets et des cartes en papier recyclable. C’est important de faire savoir qu’en tant que citoyens on veut que les choses bougent et qu’on est sensible à ces questions :).

Communiquer et partager mon expériences
J’espère que mon expérience fera réfléchir les gens à leur propre impact en voyage et peut être que certaines prendront de petites actions pour éviter, réduire leurs déchets ou limiter le gaspillage alimentaire :). Ne serait-ce que se rendre compte de notre impact et en parler autour de nous change un peu les choses et contribue à façonner le monde dans lequel on veut vivre demain !

 

Alors motivés pour réduire vos déchets en vacances ? 😀 N’hésitez pas à me faire des retours en commentaires ou en messages sur Facebook ou instagram 😉

Aussi, si vous avez vous aussi fait des voyages zéro déchets, que vous avez des astuces, blogs ou vidéos n’hésitez pas à les partager dans les commentaires 😉 !

À lire aussi sur le blog :

C’est décidé, je pars faire un tour de l’Europe écolo, zéro-déchets, végane, positif en solo !
Dans mon sac à dos écolo et minimaliste il y a…
Les 5 principes du zéro déchetsLes 5 principes du zéro déchets
Zéro Déchets : quoi ? pourquoi ? qui ?
Révolution dans ma salle de bain (vers le zéro déchets). 
Minimalisme : pourquoi je me suis débarrassée de 60% de mes possessions

 

 

Une réflexion au sujet de « [Tour de l’Europe (presque) zéro déchet] Bilan de 2 mois »

  1. Je viens de tomber sur ton blog et j’adore! Je suis exactement dans la même démarche que toi et j’essaye de véhiculer à travers mon blog le fait que c’est possible de voyager autrement.

    Voyager écolo, c’est parfois faire des concessions et puis voyager écolo c’est aussi ne pas « voyager » 25 fois dans l’année. C’est aussi prendre son temps, apprécier, marcher etc 🙂

    En tout cas beau parcours et belle continuation à toi ❤

    J'aime

Répondre à thegreenseptember Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s